DEWOITINE D338

 


Technique
Type
Transport Civil trimoteur à ailes basses et train fixe
Date 1er Vol
1936
Envergure
29,38 m 
Longueur
22,13
Hauteur
5,57 m 
Surface Alaire
99 m2 
Poids à Vide
7905 Kg 
Poids Total
11150 Kg 
Vitesse de Croisière
260 km/h. 
Vitesse Maximale
310 km/h
Vitesse Montée
4000m en 30mn 34s 
plafond
4900m 
Autonomie
2060 kms
Equipage
4 Personnes
Motorisation
3 MoteursHispano-Suiza 9V17 de 650ch chacun
Armement
22 Passagers

 


Production

31 Dewoitine D338 ont été construits pour Air France depuis la date du premier vol en 1936.

A ce jour , sur les 31 appareils fabriqués , 31 sont recensés dans la liste ci-dessous :


Histoire

En 1934, la Compagnie Aérienne SABENA (Société Anonyme Belge d’Exploitation de la Navigation Aérienne), commande auprès de la Société Dewoitine, un avion pour ses lignes aériennes au Congo. La Sté Dewoitine répond avec ce qui devait être le D335B, qui est une version agrandie du D332. Mais suite à l'accident de ce dernier en Janvier 1934, la conception du nouvel appareil est revue : la résistance structurelle de l'avion est renforcée, et il devient le D338. Cette reconception entraina cependant des retards conséquents pour le projet, et la Sté SABENA annula sa commande. L'assemblage du prototype est cependant trop avancée pour que Dewoitine l'abandonne, et la construction se poursuit sur fond privés avec l'espoir d'intéresser d'autres compagnies aériennes comme Air France

L'appareil est un monoplan entièrement métallique à aile basse et train rentrant partiel : les roues dépassent des nacelles pour protéger la cellule en cas d'atterrissage train rentré. Il est motorisé par 3 moteurs Hispano-Suiza 9V à refroidissement par air de 9 cylindres en étoile de 650 cv au décollage, entrainant des hélices bipales métalliques à pas variable. Le fuselage est de section rectangulaire permettant d'accueuillir 3 passagers de front. L'équipage est composé de 3 personnes, deux pilotes, et un radio, avec l'ajout d'un mécanicien pour les voyages longs courriers. Le nombre total de passagers est variable suivant les vols : 22 passagers pour les vols européens, 15 sur les liaisons Toulouse-Dakar, et 8 à 12 passagers sur les lignes d'Extrème-Orient (2000 kms). L'appareil présentait un certain confort avec une insonorisation soignée et un chauffage efficace.

Le prototype, immatriculé F-AOZA et surnommé « Clémence Isaure », fit son son premier vol le 9 aout 1935. Rapidement, des problèmes d'instabilité longitudinale apparaissent et différentes configurations aérodynamiques sont testées en soufflerie avant de trouver un compromis, les principales modifications concernant les empennages et les raccords de voilure.

Comme l'espérait Dewoitine, Air France fut effectivement intéréssée par l'appareil et acheta tout d'abord le prototype en mai 1936, avant de passer plusieurs commandes pour 28 autres D338. Le dernier exemplaire livré fut le F-ARIH, "ville de Karachi"), pris en compte par Air France le 18 juillet 1939. L'Armée de l'Air commanda également 10 appareils, mais seulement deux appareils seront livrés ( Immatriculation R-244 et R-245). Au total, 31 D 338 furent construit, y compris le prototype.

Le prototype effectua la première laison commerciale sur la ligne Paris-Lyon-Marseille le 13 Juillet 1936. A la fin de 1937, Air France dispose de 4 Dewoitine D338 et 16 à la fin du mois d'août 1938.

En janvier 1938, le D.338 n°1 F-AQBA ouvre la liaison France-Indochine avec un vol Marseille-Hanoi, prolongé en Aout jusqu'à Hong Kong par le D.338 n°6 F-AQBF.

Fin 1938, une liaison Tunis, Tripoli, Benghazi, Le Caire, Lydda et Beyrouth est mise en place. A l'été 1939, 9 D.338 assureront une liaison hebdomadaire.
Ces premiers vols confirmèrent le manque de stabilité longitudinale, ce défaut étant principalement lié à la section rectangualire aplatie du fuselage. Le D.338 n°11 F-AQBK reçut donc 2 petites dérives sur l'extrados du stabilisateur fixe et les ailerons sont renforcés. Ces évolutions seront intégrées sur les avions suivants.

En mars 1939, les D-338 n°18 F-AQBR et n°20 F-AQBT partent en Argentine remplacer les D.333 n°1 F-ANQB « Cassiopée » et n°2 F-ANQC « Altaïr » affectés sur la ligne Natal-Buenos Aires. A l'Armistice, les autorités Argentine, poussées par les Etats-Unis, saisissent les les D.333 et D.338 qui sont stockés sur place. Les 2 D.338 seront vendus fin 1943 à l'Armée de l'air Argentine, et sous les matricules les matricules T-170 et T-171, ils intégrent le 2eme Régiment de Transport, basé à El Palomar, près de Buenos Aires. Ils resteront en service probablement jusqu'en 1946, 1947.

A la déclaration de la guerre, l'Armée de l'Air réquisitionne une douzaine de D.338 d'Air France, afin d'équiper 5 Sections d'Avions Long Courrier (SALC), chaque section étant composée de 3 appareils.mais faute d'utilisation concrête, nombre d'entre eux reprendront rapidement leurs vols commerciaux. Après l'Armistice, les allemands autorisèrent Air France à poursivre ses vols commerciaux; De mai à juillet 1941, lors de la campagne de Syrie contre les forces Alliées, 18 D 338 d'Air France, avec leurs équipages civils sont de nouveaux réquisitionnés par l'Armée de l'air de Vichy pour renforcer le GT II/15 (Groupe de Transport). Ils établiront un pont aérien entre la France Métropolitaine et la Syrie, pour transporter hommes et matériels de jour comme de nuit. Trois D.338 seront détruits par des attaques aériennes alliées, et trois autres seront saisis par les Forces aériennes françaises libres.
Le 1er février 1943, la Lufthansa signe un contrat de location qui porte sur 8 D-338, Les Allemands, sceptiques sur les qualités de vol des Dewoitine 338, veulent effectuer des vols de performance. C'est le n°13 D-AYWT (puis D-AUAN par la Lufthansa) qui est convoyé à Berlin le 14 avril 1943 pour y être présenté en vol. Les pilote Français effectuent une démonstration peu convaincante le 29 mai 1943 pour dissuader les Allemands d'utiliser les Dewoitine. Air France ne récupérera malgré tout jamais ses appareils.


Versions

Dewoitine D338 n'a été construit pour Air France qu'en une seule version.

 


Bibliographie

Éditions Lariviére :
- Les N°235; 236 de la revue : Fanatique de l'aviation

 


Album Photos

 


Plan 3 vues

Site in French
 
Site in English