A la déclaration de Guerre, le Bombardement n'est pas prêt pour affronter un conflit moderne : ses machines sont désuettes ou inadaptées, et les bombardiers modernes ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

Les unités sont principalement équipées de Bombardiers Farman F222, Amiot 143 , Bloch MB200 , Bloch MB210 ou Potez 540 . Ces appareils sont issus des premiers Plans de Guerre lancés au début des années 30, mais leurs livraisons seront sans cesse retardées par la désorganisation de l'industrie aéronautique Française. Ils sont déja dépassés lorsqu'ils sont livrés aux unités...

Des appareils modernes sont néammoins en préparation suite au lancement du Plan V : il s'agit des Loire et Olivier LeO451 , Amiot 350 ou Breguet Br690 . Les livraisons sont cependant très lentes : en Septembre 1939, seule une dizaine de LeO 45 ont été livrés et seront mis au point au sein d'une Escadrille d'Expérimentation GB I/31 pendant l'hiver 1939 / 40.

Pour les Amiot 351, la situation est plus dramatique encore, puisque les premiers appareils ne seront livrés qu'au printemps 1940, et seulement une poignée sera "Bon de Guerre" au déclenchement de l'offensive Allemande le 10 Mai 1940.

Le Breguet 690 connut un développement plus rapide : les premiers avions de série ont été livrés à partir de Mai 1939, et le GBA I/5, premier Groupe à être transformé, sera transféré à Orléans pour y recevoir ses nouveaux appareils. La mise au point fut cependant assez longue, et le modèle définitif, le Breguet 693 aux moteurs plus fiables, sera livré début Mars 1940.

Ces nouveaux appareils doivent répondre à des exigences des services techniques de l'Armée de l'Air. Ainsi, il est imposé une double dérive, qui s'avère être une véritable gène pour le mitrailleur arrière avec deux angles morts que les Chasseurs Allemands sauront exploiter. De même, le canon de 20mm, imposé pour le poste de défense arrière : l'arme est excellente, mais son chargeur ne contient des obus que pour quelques secondes de tir, et il est impossible de recharger en vol...

Comme pour la Chasse, l'Etat Français se retourne vers les Etats-Unis pour acquérir rapidement des avions modernes. Ce sont les Douglas DB7 et Gleen-Martin 167F qui seront choisis, car ils correspondent techniquement au Cahier des Charges du programe A3/B3 de 1936. Pour le Gleen Martin 167F, une escadrille expérimentale est mise en place à partir de Janvier 1940 à Alger, et finalement, 5 Groupes de Bombardement en seront équipés. Quand au premier Douglas DB7, il fut pris en charge par l'Armée de l'Air le 31 octobre 1939, avec une prévision de 5 Groupes de bombardement à équiper.

Mais plus encore que le matériel, c'est la doctrine d'utilisation qui fera défaut au Bombardement. Malgré les conflits récents, en Espagne, ou en Pologne, l'Etat Major ne saura prendre la mesure de l'évolution des combats. Ainsi, les Breguets Br693 seront lancés sur les colonnes allemandes en vol rasant, souvent sans protection de chasse, et sans blindage suffisant pour affronter la redoutable Flak. Les Léo451 seront utilisés dans des missions à basse altitude alors que leurs moteurs sont efficaces vers 5000m.

Et enfin, le personnel naviguant manque : la formation des pilotes et autres membres d'équipages a été insuffisante avant le conflit, et le personnel formé manque d'expérience faute de moyens mis à disposition des écoles, dans le but de préserver le matériel...

 

 

 

 

 

 

 

 
Site in French
 
Site in English