POTEZ 650

 


Technique
Type
Bimoteur de Transport à aile haute et train rentrant
Date 1er Vol
1935
Envergure
22,45
Longueur
17,32
Hauteur
3,90
Surface Alaire
76 m2 
Poids à Vide
4632 Kg 
Poids Total
7500 Kg 
Vitesse de Croisière
250 km/h. à 2000m
Vitesse Maximale
300 km/h à 2000m
Vitesse Montée
3 000m en 10mn 
plafond
5800 m 
Autonomie
1200 kms
Equipage
2 Personnes
Motorisation
2 Moteurs Hispano-Suiza 12Xbrsl de 720ch chacun
Armement
14 Passagers

 


Production

15 Potez 650 ont été construits depuis la date du premier vol en 1935. Il faut rajouter à cela, 5 Potez 651 exportés vers la Roumanie.

A ce jour , sur les 15 appareils fabriqués , 15 sont recensés dans la liste ci-dessous :


Histoire

En 1934, l'Armée de l'Air recherche un avion pour équiper ses unités de transport. Elle se retourne tout d'abord naturellement vers des avions commerciaux d'Air France existants ou en cours d'études, et envisage une commande de 12 Potez 62 et 12 Bloch 220. La Sté Bloch décline la demande, mais la Sté Potez propose une version modifiée de son Potez 621 : Le Potez 650. Il est motorisé par des Hispano-Suiza 12Xgrs, et sa structure est renforcée pour supporter des charges plus lourdes. Il dispose d'une porte de chargement élargie et de divers équipements spécifiques. Fin 1935, le concept est validé via une maquette d'aménagement intérieur et 10 appareils sont commandés. Le premier vol du Potez 650 n°1 a lieu le 2 Juin 1936 ou le 5 décembre 1936... Les archives ayant disparues pendant la guerre, la date réelle est incertaine. Le CEMA (Centre d'Essai des Matériel Aériens) de l'Armée de l'Air prend en charge l'appareil le 17 février 1937. Les essais étant satisfaisants, quatre Potez 650 sont livrés en Avril 1937, 5 en mai, 1 en juillet, 1 en septembre (2ème série), et 4 en octobre. Cette deuxième série de 5 appareils ayant été officialisée par le marché 709/7.

Les Potez 650 équipent principalement les Escadrons de Transports I/601, et I/602, et sont utilisés par les les Groupes d'Infanterie de l'Air GIA 601 et GIA 602, premières unités parachutistes françaises. Deux appareils seront affectés au transport ministériel (N° 1 et 6), et un autre est remis au CIP (Centre d'Instruction des Parachutistes) basé à Avignon. Le I/602 est basé en AFN, sur le terrain d'Alger Maison-Blanche, alors que le I/601 est basé à Reims. Il rejoindra le I/602 en AFN fin février 1939.

A la déclaration de guerre, le I/601 rejoint la métropole, alors que le I/602 reste stationné en Algérie. Finalement, les parachutistes Français n'effectueront aucune mission aéroportée. Les Potez 650 seront utilisés pendant la courte campagne de France, pour transporter hommes et matériels jusqu'à l'Armistice, date à partir de laquelle tous vols furent interdits.
Ce n'est qu'après Mers El Kebir que cette interdiction est levée. Une nouvelle unité de transport est créée, le Groupe de Transport II/15 équipée de matériel assez varié, et il reçoit notamment 6 Potez 650. Parmi les missions importantes, on peut noter le transport des 60 Tonnes d'Or évacués par la Banque de Belgique vers l'AFN pour les soustraire aux Allemands.
Fin mai 1941, devant le risque d'attaque britannique sur les protectorats du Levant (Liban et Syrie), le GT II/15 organise le transfert du GC III/6 depuis Alger vers la Syrie, via l'Italie (Brindisi), la Grèce et Rhodes (à l 'époque possession italienne).

Pendant cette courte campagne de Syrie, les Potez 650 sont amenés à réaliser un pont aérien entre l'Afrique du Nord et la Syrie, pour acheminer du matériel et des hommes : 59 liaisons seront effectuées en un peu plus d'un mois

Après le débarquement des alliés en AFN, 3 Potez 650 du GT II/15, sous les couleurs des Français Libre, seront utilisés un temps jusqu'à usure ou blocage au sol par manque de pièces.

Le dernier vol du Potez 650 n°5 semble avoir eu lieu le 18 juillet 1945, avec une liaison Beyrouth – Rayack.

Les Potez 651 Roumains :

En 1937, la Roumanie veut accélérer la modernisation de son Aviaition militaire, et souhaite renforcer sa force de bombardement pour laquelle elle a déja commandé une dizaine de Potez 543. Mais l'Armée de l'Air Française est dans la même démarche de remilitarisation, et les Potez 543 sortant des usines Potez lui sont réservés. La Sté Potez propose donc le Potez 651 comme alternative. Celui-ci est une adaptation du Potez 650 en bombardier de nuit, mais sans armement défensif. Malgré les problèmes de fiabilité rencontrés sur les premiers exemplaires Français, ces appareils conservent des moteurs Gnome-Rhone 14N en étoile. Ce moteur, construit sous licence en Roumanie présentera pourtant une fiabilité sans faille, ceci confirmant les problèmes de qualités liés à la fabrication sur le site Français... En 1937, la Roumanie commande 6 exemplaires et le premier appareil est livré en vol fin 1937. Les suivants devant être assemblés en Roumanie à partir de 1938. Il semblerait cependant que seuls 4 appareils aient été livrés.

Les Potez 651 sont affectés à la 83ème Escadrille du 2ème Groupe de bombardement de nuit. Mais ils sont rapidement retirés des unités de première ligne et sont affectés à des missions de transports et d'évacuations sanitaires au sein de la 132ème Escadrille indépendante de transports et de liaison. L'unité sera dissoute en janvier 1941 et les Potez transférés au Grupul Aerotransport. Ils serviront à des transports divers lors de l'invasion de l'Union Soviétique en juin 1941, avant d'être relégués à des taches d'évacuation de blessés ou d'entrainement au pilotage de bimoteurs. A noter que un des Potez 651 est intégré à une unité sanitaire entièrement composée de personnels féminins, y compris les pilotes. Au 29 mai 1944, il subsiste encore 3 Potez 651 leur trace se perd lors des combats de fin 1944 contre l'ex allié allemand, après la changement de bord de la Roumanie le 23 aout 1944.


Versions

Versions
Nbre
Descriptif
Potez 650
15
Version utilisée par l'Armée de l'Air et motorisée par des Hispano-Suiza 12Xbrsl de 720ch chacun
Potez 651
4
Version utilisée par la Roumanie et motorisée par des Gnome-Rhone 14N10/11 de 14 cylindres en étoile, de 870cv (puis 900 cv) à 3000 m. Conception identique aux Potez 650 français. Il peut emporter une charge offensive de 4 bombes de 200kg accrochée sous le fuselage. Six exemplaires furent commandés, mais il est possible que seuls 4 furent mis en service.

 


Bibliographie

Document Air n°2:
- Potez Types 62 et 65 par Pierre Dumollard

 


Album Photos

 


Plan 3 vues

Site en Français
 
Site in English