FARMAN F224

 


Technique
Type
Transport Civil quadrimoteur à ailes hautes et train rentrant
Date 1er Vol
2 Juin 1937
Envergure
36
Longueur
23,35 m 
Hauteur
5,19
Surface Alaire
186 m2
Poids à Vide
Kg 
Poids Total
16270 Kg 
Vitesse de Croisière
km/h. 
Vitesse Maximale
310 km/h
Vitesse Montée
4000 m en 8mn
plafond
4900 m
Autonomie
1200 kms
Equipage
4 Personnes
Motorisation
4 Moteurs Gnôme Rhône 14N1 de 950ch chacun
Armement
40 Passagers

 


Production

6 Farman F224 ont été construits pour Air France, mais refusés par celle-ci, ils furent livrés à l'Armée de l'Air.

A ce jour , sur les 6 appareils fabriqués , 6 sont recensés dans la liste ci-dessous :


Histoire

Le Farman F224 répondait à un marché de prototype destiné à fournir à Air France un quadrimoteur de transport de passager capable d'assurer des liaisons Paris-Londres et Paris-Marseille.

Le prototype F224.01 est construit à Billancourt en 1936 : il reprend l'aile du Farman 222, et est motorisé par quatre Gnôme-Rhône 14 kdr de 800ch. Son fuselage, spécifique, est conçu pour transporter confortablement 40 personnes. La cabine comporte plusieurs cabines passagers séparées par des toilettes, un bar, et des soutes à bagages. L'équipage, composé d'un pilote, d'un mécanicien, et d'un radio-navigateur est regroupé dans le poste de pilotage situé au dessus du bar.

Le Farman F224.02 est présenté au public au Grand Palais, lors du Salon Aéronautique en novembre 1936, et à la fin de l'annéee, les immatriculations civiles pour les six appareils commandées sont déja réservées auprès des services de l'aviation civile (F-APMA à F-APMF). Le 2 Janvier 1937, le Farman F224.01 fait son premier vol. L'appareil réalise des essais constructeur avant de rejoindre le CEMA (Centre d'Expérimentation du Matériel Aérien). Il est ensuite convoyé au Bourget par le pilote d'essais d'Air France : Lionel de Marmier. A partir du troisième appareil, les Farman F224 en cours de fabrication recoivent des moteurs Gnôme-Rhône 14N0 / N1 de 825ch.

Pourtant, le Farman F224 n'obtiendra pas son certificat de navigabilité : sa distance de décollage est jugée trop importante. La compagnie Air France annula donc logiquement sa commande.

C'est l'Armée de l'Air qui utilisera finalement ces six appareils. A la recherche d'avions de transport pour sa toute nouvelle force aéroportée, l'Armée de l'Air s'est en effet tournée dans un premier temps vers la société Dewoitine (intégrée à la SNCAM depuis la privatisation), mais les D339 commandés ne seront jamais livrés. La commande est donc modifiée pour porter dorénavant sur des avions commerciaux DD38 et les 6 Farman F224 en cours d'essais et rebaptisés F224 TT pour l'occasion.

Ce n'est qu'en Avril 1939, que les Farman F224 TT modifiés pour pouvoir transporter 39 Parachutistes sont certifés par le CRAS (Centre de Réception des Avions de Série). Les appareils sont affectés au GIA 602 (Groupe d'Infanterie de l'Air) en Septembre et basés à Istres. En Novembre 1939, ils sont déplacés vers Calais : ces appareils sont intégrés dans un plan prévoyant un transport de troupes vers la Hollande en cas d'invasion Allemande par ce pays. Finalement le plan est abandonné.

Au moment de l'attaque Allemande du 10 mai 1940, quatre des F224 TT du GIA 601 étaient basés à Avignon. Après l'Armistice, les deux GIA, 601 et 602 sont dissous et les appareils cloués au sol par l'interdiction de vol.

Finalement les appareils survivants furent affectés aux groupes de Transport GTI/15 et GT II/15, certains d'entre eux seront détruits au sol par des chasseurs alliés lors du débarquement en Afrique du Nord


Versions

Les Farman F224 ont été construits en une seule version

 


Bibliographie

1 )_ Editions LELA PRESSE ; Revue "Avions" n°23,24,25 et 26
- Farman F220 - 224

 


Album Photos

 


Plan 3 vues

Site in French
 
Site in English