MORANE-SAULNIER MS225

 


Technique
Type
Chasseur monoplace à ailes parasol et train fixe
Date 1er Vol
Octobre 1932
Envergure
10.558 m
Longueur
7.252 m
Hauteur
3.265 m
Surface Alaire
17.20 m²
Poids à Vide
1215 kg
Poids Total
1580 kg
Vitesse de Croisière
Vitesse Maximale
334 km/h à 3850 m
Vitesse Montée
5000 m en10 mn 7 s
plafond
9500 m
Autonomie
700 kms
Equipage
1 personne
Motorisation
1 moteur Gnôme & Rhône 9Kdrs en étoile de 500 CV
Armement
2 Mitrailleurs fixes Vickers de 7.7 sur le fuselage

 


Production

72 MS 225 ont été construits depuis la date du premier vol , plus 3 pour la Chine.

A ce jour , sur les 72 appareils fabriqués, 20 sont recensés dans la liste ci-dessous :


Histoire

En 1930, la Sté Morane-Saulnier présente au Salon de l'Aéronautique, un nouveau prototype de chasseur : le MS 224. L'appareil, classique, est de concption très proche du MS223, quoique plus grand que ce dernier. C'est donc un monoplan à aile parasol et train fixe à voie large. Comme les dernièrs prototypes du MS223, le train comprend deux roues indépendantes, sans essieu donc, amorties par une suspension à sandow. Il est motorisé par un Gnôme Rhône 9Asb de 420ch entrainant une hélice bipale. Lors des premiers essais, l'appareil reçoit des carénages de roues et une suspension oléo-pneumatique. Sur la version présentée au Salon, les cylindres du moteur dépassent du capot et un cône de grande dimension prolonge l'axe moteur. Par la suite, un capot enveloppant intégralement le moteur sera testé. Aux essais, l'appareil réussit à dépasser les 300 km/h, mais il sera détruit par accident en Juin 1932.

De cet appareil fut dérivé le MS 225. Motorisé par un Gnôme Rhône 9Kdrs de 500cv entrainant une hélice bipale en bois le MS225 adopte un capot intégral. L'appareil est de construction mixte Bois, et Aluminium en partie entoilé, le cockpit étant recouvert de tôles d'aluminium présentant un effet "bouchonné". La dérive et l'aile se sont agrandies ainsi que le réservoir dont la capacité passe de 260 à 310 litres. Le moteur, compressé, permet à l'appareil d'atteindre des alitudes élevées, ce qui impose l'installation d'un dispositif à oxygène pour le pilote. Par contre, celui-ci ne dispose toujours pas de radio...L'armement se compose de deux mitrailleuses de 7.5mm sur le capot. Le MS225 fait son premier vol en octobre 1932. Entre temps, après les essais menés avec le MS224, le Mnistère de l'Air avait commandé un premier lot de 50 appareils MS225, suivis de 5 supplémentaires, toute la production étant réalisée dans les ateliers de Puteaux. Un seigneur de Guerre Chinois acheta également 6 appareils, mais seuls 3 seront semble t'il, fabriqués et livrés.

Les MS225 seront affectés en unité à partir de 1933. Ce sont les GC I/7 de Dijon, GC I/42 de Reims, GC II/6 de Chartres qui recevront les nouveaux appareils. Le but étant de doter l'Armée de l'Air Française d'appareils "modernes" de transition en attendant l'arrivée des prometteurs Dewoitine D500, et surtout MS 406. Les MS225 seront progressivement retirés des premières lignes à partir de 1935 pour être reversés dans les Ecoles de pilotage.

Il faut noter que ce sont des Morane MS225 que l'escadrille Acrobatique de Dijon utilisera pour participer à des meetings aériens en présentant des figures spectaculaires, notamment un Looping complet en formation serrée de 4 appareils!

Lorsque les Allemands lancèrent l'offensive en France, le 10 Mai 1940, 34 MS225 étaient encore présents en école mais aucun ne survivra au conflit.

Une version navale sera également étudiée : le Morane-Saulnier MS226. celui-ci est doté d'une crosse d'appontage et la béquille arrière est remplacée par une roulette de queue. Son pare-brise est renforcé et il reçoit logiquement des ailes repliables à partir du 3eme prototype. Curieusement, le MS226 était dépourvu de compresseur, ce qui réduisait considérablement ses performances. Dès mars 1934, les essais d'appontage débutent sur une piste "terrestre" représentative de celle d'un porte-avions. Ces premiers essais montrent une faiblesse de la crosse et après renforcement, le test des 3 appontages successifs est réalisé avec succès en Mars 1935. L'Aéronavale ne retient finalement pas l'appareil, préférant le Dewoitine D373 et les 16 MS 226 fabriqués seront versés dans les écoles avant d'être transférés à l'Armée de l'Air en 1938.

Sur la base du MS225, un prototype est réalisé afin de tester et valider le moteur canon. Sous la désignation MS227, il est motorisé par un Hispano-Suiza 12Xcrs intégrant un canon de 20mm placé dans le V créé par les deux rangées de cylindres. Le moteur d'une puissance de 690ch entraine une hélice quadripale en bois. Le nouveau moteur avec son canon, plus lourd, a nécessité un renforcement de la cloison moteur et de la cellule. Afin de compenser le décalage du centre de gravité induit par ce surpoids, l'empennage est agrandi et la voilure légèrement avancée. Le prototype fait son premier vol fin 1933, et la campagne de tir menée par la suite a permis de valider le couple moteur-canon, concept qui sera utilisé notamment sur les D500 ou MS406.

Il semblerait qu'une version MS228 ai été étudiée, mais il n'existe aucune précision sur cet appareil.


Versions

Version
Nbre
Descriptif
Morane MS 224
1
Version d'origine de la famille MS225. Il est motorisé par un Gnôme et Rhône 9Asb de 410ch.. Le modèle est présenté au salon de l'Aéronautique de Paris en 1930 et fit son premier vol en Juillet 1931. Par la suite, il recevra des carénages de roues et des capotages partiels de cylindres moteurs, Il sera par ailleurs équipé d'un train oleo pneumatique en remplacement du modèle à sandow initial.
Morane MS 225
75
Version produite en série motorisée par un Gnôme & Rhône 9Kbrs en étoile de 500 CV. Il est équipé d'un capot moteur cylindrique et enveloppant. L'appareil fait son premier vol en Octobre 1932.
Morane MS 226
16
Version destinée à l'aéronautique Navale. L'appareil est équipé d'une crosse d'appontage, et la béquille de queue est remplacée par une roulette. Le moteur n'est pas sur-alimenté ce qui limite la vitesse à 275 km/h. Le 3eme exemplaire est équipé d'ailes repliables. Le MS 226 réussit le test des "3 appontages successifs" sur le Béarn, mais il ne sera finalement pas retenu par la Marine. Les 3 appareils construits seront utilisés pour l'entrainement.
Morane MS 227
1
Prototype unique qui servit de support de validation pour le "Moteur canon" Hispano 12Xcrs. Le fuselage est renforcé et la voilure avancée. Il reçoit une hélice quadripale. Il fera son premier vol fin 1933.
Morane MS 228
?
'Version non connue

 


Bibliographie

1 ) _ Editions LELA PRESSE ; Avions n°75 - 76 - 77 - 78 - 79
- Le Morane Saiulnier MS 225 C1

 

2 ) _ Editions LELA PRESSE ; Collection Histoire de l'Aviation
- N°30 : Morane Saulnier Ses Avions, ses projets

 


Album Photos


Plan 3 vues

Site en Français
 
Site in English