HANRIOT H182

 


Technique
Type
Biplace d'Entrainement
Date 1er Vol
1935
Envergure
12,00 m 
Longueur
7,22 m 
Hauteur
3,150m 
Surface Alaire
18,97m2 
Poids à Vide
604 Kg 
Poids Total
887 Kg 
Vitesse de Croisière
km/h. 
Vitesse Maximale
190 km/h 
Vitesse Montée
plafond
5500m 
Autonomie
600kms
Equipage
2 Personnes
Motorisation
1 Moteur Renault 4PEI de 140ch
Armement
Pas d'Armement

 


Production

346 Hanriot H182 ont été construits depuis la date du premier vol en 1935.

A ce jour , sur les 346 appareils fabriqués, 28 sont recensés dans la liste ci-dessous :

 


Histoire

A la fin de 1933, la Sté Hanriot propose un nouvel appareil de tourisme, le Hanriot H-180. Celui-ci, monoplan parasol à train fixe, est de conception classique, mais présente néammoins certaines particularités. Ainsi, si le pilote et le premier passager sont disposés classiquement en tandem dans un habitacle fermé, le deuxième passager est disposé à l'air libre, dans un cockpit séparé par une porte vitrée... La motorisation est confiée à un Renault 4Pei de 140ch entrainant une hélice bipale. Immatriculé F-AOJO, le prototype fait son premier vol en Juillet 1934.

L'appareil ne rencontra pas de succés auprès des pilotes civils et des aéroclubs, mais attira l'attention du Ministère de l'Air qui voyait en lui, un potentiel appareil d'observation et de reconnaissance. L'Armée de l'Air commanda donc un second appareil, le H-180M, similaire au premier prototype, dans le but d'installer un observateur dans le poste extrème arrière. Il fit son premier vol en Octobre 1934, mais se révéla finalement décevant et ne fut pas retenu. Une version "Sanitaire" fut étudiée, le H-181, mais ne connut pas plus de succès.

Le Hanriot H-182 trouva son salut dans une nouvelle configuration qui le transformait en appareil d'entrainement. Désigné H-182, il était équipé de double-commandes, et le siège arrière était remplacé par un strapontin d'appoint. Cette version fit son premier vol en février 1935 et fut suivie d'une commande pour 346 exemplaires. L'Aéronavale commandera également 5 exemplaires, désignés H-185, pour équiper ses propres écoles de formation. La version marine présentait peu de différences par rapport au H-182M de l'Armée de l'air, citons cependant pour anecdote, la présence d'un siège chauffant sur le poste extrème arrière à l'air libre...

Les appareils seront répartis dans les écoles de pilotage de l'Armée de l'Air et de l'Aéronavale ou comme appareils de liaison au sein des unités combattantes. Lors du déclenchement du conflit, en septembre 1939, le Hanriot H-182 composait une part importante des avions d'entrainement et certains reçurent un camouflage. A l'Armistice de Juin 1940, de nombreux pilotes s'échappent vers l'Angleterre pour continuer le combat, certains le feront à bord d'appareils comme le H-182. Ainsi, une trentaine d'entre eux se retrouveront sur le sol britannique et seront utilisés jusqu'à épuisement des pièces de rechanges. Il est probable que les allemands aient saisi également quelques exemplaires abandonnés intacts sur les terrains par les Français.

Le Hanriot H-182 fut également utilisé à l'étranger, ainsi 10 appareils prélevés sur les appareils de l'Armée de l'Air participeront à la Guerre d'Espagne au sein des troupes Gouvernementales. Ils furent tous détruits par l'Aviation Franquiste. 50 autres avions seront achetés et livrés à la Turquie comme appareils d'observation.

D'autres versions, restées sans suite ont été réalisées : Le H-183, modèle unique destiné à la voltige qui reçut un moteur plus puissant (180ch) ou encore le H-184, version d'entrainement plus puissante (180ch également)

 


Versions

Version
Nbre
Descriptif

H.180T
1
Prototype de la série avec deux places en Tandem dans le cockpit fermé et une troisième place... à l'air libre séparée des deux autres par une porte vitrée. L'appareil fait son prmier vol en Juillet 1934 et est exposé au Salon du Bourget
H.180M
1
Version militaire du H.180, cet appareil d'observation ne connut pas de développement. De conception identique au H.180 de tourisme, il fit son premier vol en Octobre 1934.
H.181
1
Version adaptée comme appareil sanitaire pour le transport de blessés : la partie supérieure arrière du fuselage est amovible pour recevoir un brancard. Le Ministère de l'Air ayant retenu le Bloch MB.81, cette version du Hanriot ne fut, là encore, pas retenue. Il a été construit en 1935.
H.182
346
Version commandée par le Ministère de l'Air pour l'entrainement des pilotes de l'Armée de l'Air. L'appareil est équipé de double-commande et le troisième siège est remplacé par un strapontin. Cette version fit son premier vol en février 1935. 10 Exemplaires seront transférées en Espagne pour aller combattre dans les rangs des Troupes Gouvernementales. Ils seront tous détruits par l'Aviation Franquiste. 50 autres seront livrés à la Turquie comme appareil d'observation.
H.183
1
Avion d'entrainement à la voltige motorisé par un Renault 438 de 180ch.
H.184
1
Appareil d'entrainement avec double-commande avec motorisation poussée à 180ch. Cette version est restée sans suite.
H.185
5
Version commandée par l'Aéronavale comme appareil de liaison et de transport. Le strapontin qui fait office de siège pour le 2eme Passager à l'extrème arrière est ici remplacé par un siège chauffant pour permettre de transporter ces messieurs de l'Etat-Major dans les meilleurs conditions... Les cinqs exemplaires ont été construits en 1937.


Bibliographie


Album Photos

 


Plan 3 vues

Site en Français
 
Site in English