CAUDRON "Luciole"

 


Technique
Type
Biplan biplace en Bois à train fixe
Date 1er Vol
1936
Envergure
9,90 m 
Longueur
7,79 m 
Hauteur
2,70 m 
Surface Alaire
24 m2 
Poids à Vide
450 Kg 
Poids Total
580 Kg 
Vitesse de Croisière
145 km/h. 
Vitesse Maximale
160 km/h à 2000m 
Vitesse Montée
plafond
4000m 
Autonomie
kms 
Equipage
2 Personnes
Motorisation
1 Moteur Renault 4 PGI de 80ch chacun
Armement
Pas d'Armement

 


Production

433 Caudron Luciole C.275 ont été construits depuis la date du premier vol en 1936.

A ce jour , sur les 433 appareils fabriqués, 2 sont recensés dans la liste ci-dessous :

 


Histoire

En 1930, Paul Deville, ingénieur responsable des études chez Caudron, conçoit le C270 "Luciole". Ce surnom "Luciole" rend hommage à la jument des parents Caudron qui a tracté les premiers avions des deux frères dans la ferme familiale.

L'appareil est un biplan de fabrication conventionnelle : son fuselage et ses ailes, d'égales envergure, sont en en bois entoilé. Ces dernières sont par ailleurs repliables le long du fuselage. Le Luciole dispose d'un train fixe et d'une béquille. De construction simple, il est démuni de volets ou de compensateurs et ne possède pas de freins. Le pilote, qui dispose d'une instrumentation minimaliste, et son passager prennent place dans deux cockpits séparés en tandem. L'équipage dispose d'un coffre à bagages derrière la cloison moteur et d'un coffre à outils. L'appareil, motorisé par un Salmson en étoile de 95ch ne peut prétendre réaliser de la voltige, mais c'est un excellent avion de début, exigeant, mais stabl et robuste.

Le succés viendra immédiatement, et le Caudron Luciole remportera en 1936, le concours organisé par le Ministère de l'Air pour la fourniture d'un appareil simple et économique capable de former les pilotes dans les Aéro-Clubs Français. Le but de ce programme étant de promouvoir la formation de pilotes civils, capables si besoin, d'intégrer rapidement les rangs de l'Armée de l'Air. 296 appareils ont été achetés pour celà. A cette époque, le Luciole était vendu 46500 Frs et 4 mois étaient nécessaires à sa fabrication.

Quelques exemplaires furent utilisés dans les deux camps lors de la Guerre d'Espagne

La fabrication de l'appareil cessera avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale : 720 "Luciole", toutes versions confondues, seront produits, la plus importante étant le C.275 avec une production de 433 exmplaires. L'appareil ne prendra pas part au conflit directement, à noter cependant, les deux Caudron Luciole qui, décollant du porte-avions Ark-Royal, iront préparer l'arrivée du Général de Gaulle lors de la prise de Dakar par les Français libres en 1940. Après la Libération, en 1945, les Luciole seront utilisés comme appareils de liaison ou comme remorqueurs de cible à l'Ecole de l'air à Salon-de-Provence et continueront également à être utilisés dans les Aéro-clubs avant d'être retirés fautes de pièces de rechange. Aujourd'hui, il existe encore une dizaine d'appareils survivants dont un appartenant à la magnifique collection de Jean-Baptiste Salis, sur le terrain de la Ferté Alais.

 


Versions

Version
Nbre
Descriptif
Caudron C.270
82
Première version de série propulsée par un Salmson 7Ac en étoile de 95ch.
Caudron C.270/1
Version motorisée par un Salmson 7Ac2 en étoile de 105ch.
Caudron C.271
1
Version motorisée par un Lorraine 5Pc en ligne de 121ch entrainant une hélice métallique Ratier
Caudron C.271/2
5
Version motorisée par un Lorraine 5Pb de 111ch.
Caudron C.272
52
Version motorisée par un Renault 4Pb de 95ch.
Caudron C.272/2
22
Version motorisée par un Renault 4Pci. Le dessin de l'empennage et de la dérive est modifié, plus grand et de forme plus pointue, Forme qui sera adaptée sur tous les Lucioles suivants.
Caudron C.272/3
15
Version motorisée par un Renault 4Pdi de 121ch et équipé de freins Messier sur les roues.
Caudron C.272/4
21
Version motorisée par un Renault 4Pei 4 cylindres en ligne de 140 cv et équipé de freins Messier sur les roues.
Caudron C.272/5
80
Version motorisée par un Renault 4Pgi de 102ch.
Caudron C.273
14
Version motorisée par un Michel 4A-14 de 102ch entrainant une hélice Merville.
Caudron C.274
1
Version motorisée par un Chaise 4Ba de 137ch. Il sera présenté au salon de l'Aéronautique de Paris en 1932.
Caudron C.275
433
Version dérivée du Caudron C.272/5, mais sans ailes repliables.
Caudron C.276
Version motorisée par un De Havilland Gipsy III de 106ch et équipée de freins Charles
Caudron C.276H
2
Version dérivée du C.276, motorisé par un Hirth HM 504 A-2 en ligne refroidi par air de 105ch.
Caudron C.277
9
Version dérivée du Caudron C.272/4, mais sans ailes repliables.
Caudron C.277R
1
Version dérivée du Caudron C.275 motorisée par un Renault 4Po3 en ligne refroidi par air de 140ch. Il sera produit après la Libération en 1949.
Caudron C.278
1
Version motorisée par un Salmson 9Nc de 137ch et équipée d'un nouveau train d'atterrissage. Il a disputé le Challenge 1932 avec le n° de course K4.


Bibliographie

1 ) _ Collection Histoire de l'Aviation
- N°12 : "Les Avions Caudron" Tome 1

2 ) _ Editions DOCAVIA
- N° 43 : "Les Avions CAUDRON RENAULT"

 


Album Photos

 


Plan 3 vues

Site en Français
 
Site in English