Site in English

LIORE & OLIVIER LeO C30

 


Technique
Type
Autogire Biplace de reconnaissance et de réglage d'Artillerie
Date 1er Vol
Janvier 1934
Envergure
11,25 m 
Longueur
6,0 m 
Hauteur
3,37 m 
Surface Alaire
3,10
Poids à Vide
575 Kg 
Poids Total
860 Kg 
Vitesse de Croisière
km/h. 
Vitesse Maximale
170 km/h 
Vitesse Montée
plafond
4000 m 
Autonomie
350kms 
Equipage
2 Personnes
Motorisation
1 Moteur Armstrong Siddeley Genet Major à 7 cyl en étoile refroidis par air de 140ch
Armement
Pas d'Armement

 


Production

70 LeO C30 ont été fabriqués ont été construits depuis la date du premier vol. Ils se répartissent en :

  • 64 LeO C30
  • 6 leo C301

A ce jour , sur les 70 appareils fabriqués , 18 sont recensés dans la liste ci-dessous :

 


Histoire

Les origines du LeO C30 remontent à 1920, date à partir de laquelle l'Ingénieur Espagnol Juan de la Cierva, commence les études pour un appareil à voilure tournante. Cela se concrétise par la fabrication d'un prototype baptisé C4, du type "Autogire", terme retenu par J. De La Cierva.

Le principe est totalement nouveau. L'appareil présente un fuselage similaire à un avion, avec un moteur et une hélice tractive implantés classiquement dans la partie avant. Par contre, les ailes sont remplacées par une voilure tournante à quatres pales, totalement libre et indépendante du moteur. C'est le vent relatif généré par le moteur au décollage qui crée la portance. Le concepte fonctionne parfaitement et l'appareil le prouve en réalsant un vol de plusieurs dizaines de kms.

C'est en Angleterre que J. Cierva trouve les fonds pour poursuivre ses travaux. Dès 1932, un modèle biplace est lancé en série : le C19. Celui-ci, mun d'un moteur de 100ch, est beaucoup plus abouti que le C4. Ainsi, la voilure est reliée via une commande débrayable, au moteur. Au décollage, le rotor est lancé par le moteur, et est débrayé après lancement.

Juan De la Cierva trouve la mort dans un accident d'avion en 1936, mais les travaux sont poursuivis par les britanniques qui donneront naissance au C30. Il est motorisé par un moteur de 140cv.

28 appareils sont exportés et 37 autres trouvent preneurs dasn le civil. De nombreux pays sont intéressés par le C30, et des évaluations sont menées en Belgique, Danemark, Yougoslavie, Espagne et France. En Allemagne, il est fabriqué sous licence avec un moteur local.

En France, c'est la société Lioré & Olivier qui obtient la licence dès 1931. Le C30 est choisi, et quelques exemplaires sont achetés aux Britanniques. Après une démonstration réussie à villacoublay, les militaires Français confirment leur intérêt et sont prêts à passer commande. Quatre exemplaires Britanniques sont donc achetés par l'Armée en 1934 : l'autogire est intégré au plan I de rénovation du matériel aérien. Une première commande de 25 appareils est officialisée le 25 Avril 1935, suivie d'une commande de 30 autres machines en 1936.

Les premiers appareils de série commencent à sortir des chaines d'Assemblage. Ils sont tout dabord équipés de moteurs Anglais AS GEBET-MAJOR à 7 cyl, qui seront remplacés par un Salmson à 9 cyl. La Sté Lioré & olivier a a apporté quelques évolutions à l'appareils : les plus visibles sont les petites dérives rajoutées aux extrémités du stabilisateur horizontal arrière pour améliorer la stabilité..

Malgré les retards de livraison habituels dans l'industrie Aéronautique en pleine mutation, , 64 LeO C30 sont perçus par l'armée de l'air. Au début des hostilités, 52 machines sont présentes dont 33 affectées dans les GAO et 3 en Centre d'Instruction. En Mai 1940, au début de la campagne de France, il ne restait plus que 22 appareils dans les GAO, 9 affectés à l'aéronautique Navale, et 25 en stock.

Le LeO C30 réalisera quelques missions au-dessus des lignes ennemies, mais il sera surtout utilisé pour des liaisons. Il est en effet trop vulnérable pour être utilisé dans un milieu hostile dominé par la chasse Allemande.

A l'Armistice, les Allemands captureront 7 appareils qui seront rapidement ferraillés.

 


Versions

LeO C30

Version de Base motorisée tout dabord par un 1 Moteur Armstrong Siddeley Genet Major à 7 cyl en étoile refroidis par air de 140ch, puis par un Salmson 9Ne à 9 Cyl.

LeO C301
Le LeO C301,produit à 6 exemplaires était facilement reconnaissable extérieurement : la voilure tournante était portée par 3 mats au lieu de quatre. Cela permettait à l'obervateur de sauter plus facilement en parachute si besoin, et offrait une meilleure visibilté.


Bibliographie

1) _ AIR MAGAZINE
- N°3 : "Les Autogires La CIERVA et LeO C-30"

 

1) _ Collection Profil et Avions
- N°5 : "Les Autogires LeO C-30 & C301"

 

 

 


Album Photos

 


Plan 3 vues