Site in English

Sergent Marcel CHARBONNIER


Biographie

Source (Photos et documents) : Mme Josyane ROUSSEL, fille du Sergent Marcel CHARBONNIER

Marcel CHARBONNIER est né le 1er Septembre 1914 à Lyon et est décédé en Mars 2006 à Lyon
Il était titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945, Chevalier de la Légion d'Honneur, Officier de l'Ordre National du Mérite, Médaille Militaire et Croix-de Guerre.

Le Sergent CHARBONNIER se marie peu de temps avant la Guerre, le 29 Juillet 1939 avec Mme Henriette MEUNIER. De cette union, naitra une fille, Josyane, née le 20 Septembre 1941

Marcel CHARBONNIER est appelé sous les Drapeaux en Octobre 1935, et est affecté à la Base Aérienne d'Algérie n°201.
Il rejoint, en Février 1936, la 2eme Compagnie de l'Air, Service du Parc. En Octobre 1936, le Sergent Marc CHARBONNIER est affecté à la 13eme Compagnie de l'Air de Rochefort, jusqu'à sa dissolution en Janvier 1937. Il est alors transféré à la Base aérienne de Rochefort. Il est nommé Caporal-Chef en Février 1937.

Le 19 Février 1937, il signe un engagement résiliable pour un an à compter du 25 Octobre 1937. Il est affecté à la 35eme Escadre de Lyon en Aout 1937.

Au cours d'un vol de reconnaissance dans la nuit du 2 au 3 Décembre 1939, l'Amiot 143 n°110 percute le sol dans la Forêt de "La Joux" (Jura) à cause de la brume.
L'équipage est tué excepté le Sergent CHARBONNIER, qui est ejecté à 35 mètres d'alitude au moment où l'appareil heurte les arbres.
- Sous-Lieutenant Roger LE BRUN - Chef de Bord
- Sergent Armand PASQUIER - Pilote
- Sergent-Chef Robert FAUCARD - Mitrailleur
- Sergent Gérard MOISSELIN - Mitrailleur
 
Voici un extrait du récit du Sergent Charbonnier, entrecoupé de commentaires de Mme Roussel, sa fille :

"Nous étions perdus dans le brouillard, nous avons suivi la voie ferrée pour nous repérer, puis....tunnel...puis la descente de l'avion après avoir perdu un moteur et la chute sur le sapin Président,(le plus haut de la Forêt de la Joux), moment où j'ai allumé ma lampe frontale et enfin le choc à terre. Aboiements des chiens dans le lointain, qui se sont rapprochés" (sans doute accompagnés de fermiers : Puis le grand trou blanc, et , des semaines, ou mois (?) plus tard, réveil entouré des cornettes des bonnes soeurs de l'Hôpital de Pontarlier qui virevoltaient autour de lui, et finirent par le convaincre d'apprendre les cantiques car sa voix profonde faisait vibrer les vitraux de la chapelle le dimanche!).."

Les obsèques militaires sont retardées parce ce que le décès de mon père n'arrivait toujours pas et que le but était d'enterrer tout le monde en même temps, et accessoirement déplacer les gradés et le Maire de Pontarlier une seule fois...¨

Pas grand'chose d'autre de sa carrière, hormis les très belles femmes de Saïgon et le Roi Bao Daï du Cambodge qu'il avait fréquemment transporté à bord de son "taxi". Ainsi passe une vie.....et je ne mentionne même pas ses années au Ministère de l'Air (SMAA..) de fin de carrière où il ne s'est jamais vraiment senti chez lui..
La boucle fut bouclée à Lyon, retour aux origines, où la messe de ses obsèques se déroula, sur les conseils d'un ami Général au Val de Grâce, à la Chapelle de l'Hôpital Desgenettes, avec les Anciens Combattants tenant les Drapeaux, scène très émouvante.

Marcel CHARBONNIER terminera sa carrière avec le grade de Commandant